Ceci n'est pas un guide

« Le monde peut fort bien se passer de littérature. Mais il peut se passer de l'homme encore mieux. »
Jean-Paul Sartre
Avatar de l’utilisateur
Grayback
braiSNeux tecktonik
Messages : 3232
Inscription : 09 Juillet 2006, 18:35
Contact :

Ceci n'est pas un guide

Messagepar Grayback » 27 Novembre 2009, 17:04

J'avais promis un gros post épisodique pour parler littérature il y a un moment, je préfère en faire un sujet à part puisque ça ne rentre pas vraiment dans "Vos meilleures lectures" ni "Vos lectures du moment", même si certains des livres ci-dessous font certainement partie de mes favoris. L'idée ici c'est de parler de bouquins qui ne sont pas (encore ?) ceux qu'on retrouve systématiquement dans les listes de classiques incontournables, pas toujours mis en avant sur les présentoirs, mais qui peuvent tout autant répondre aux attentes d'un lecteur ayant une idée plus ou moins précise de ce qu'il recherche et l'envie de découvrir des choses. J'ai remarqué que beaucoup de petits lecteurs (ce n'est pas un gros mot) s'astreignent une fois l'an à lire une brique communément admise comme un chef-d'œuvre (c'est souvent vrai mais ça n'en fait pas automatiquement un livre adapté) et ne font pas la démarche d'aller vers quelque chose d'à peine plus confidentiel, au risque de passer à côté du livre de leur vie. J'utiliserai un système assez idiot de FAQ pour limiter un minimum le champ, j'ai pris le parti de lier une critique ou un résumé à chaque fois plutôt que de m'en occuper, par facilité. il faut garder à l'esprit que ce n'est qu'une petite liste personnelle qui s'appuie sur ma bibliothèque et qui n'est en aucun cas exhaustive ni objective. Libre à vous d'y contribuer d'une façon ou d'une autre, quant à moi je mettrai ça à jour au fur et à mesure, en ajoutant de nouvelles "catégories" et en étoffant celles qui existent déjà. Par contre, ce sera lent et bordélique, je préviens.

Q : J'adore le polar et j'ai déjà relu six fois l'intégrale D'Agatha Christie, je devine à chaque fois qui est l'assassin et ma connaissance encyclopédique des armes contondantes ne m'a jamais été utile au quotidien. Que faire ?

Jean-Pierre Martinet - Ceux qui n'en mènent pas large

Image

Ce roman de 1986 est un bon exemple de polar qui n'en est pas un, dans le sens où l'ambiance (noir de noir) est très proche de ce qui se faisait dans le genre à l'époque mais avec une histoire qui ne s'articule pas autour d'un crime à proprement parler, pour se focaliser sur son personnage de loser magnifique à la Bukowski (dont vous n'avez pas fini d'entendre parler), ce qui fera des vacances aux blasés de l'enquête policière tout en ménageant une transition confortable vers un autre type de littérature. Il n'est pas question de renier son genre de prédilection mais de découvrir toutes ses facettes et stades hybrides, toutes ces mutations qui sont au moins aussi intéressantes que le genre originel. C'est un tout petit roman de 120 pages écrit gros, une longue nouvelle en fait, paru chez le dilettante qui avant d'exploser grâce à Anna Gavalda s'est fait connaître en éditant une pléthore de bouquins hors des sentiers battus, une mine d'or pour qui cherche à la fois du facile à lire et de beaux objets. Pour la petite histoire, Martinet était un admirateur du grand Henri Calet dont je parlerai sans doute plus loin, et est mort en 93 dans l'anonymat.

Tom Piccirilli - Un choeur d'enfants maudits

Image

Je sais que je radote beaucoup à propos de celui-là, mais je me permets d'en rajouter une petite couche. On trouve de tout dans Un choeur d'enfants maudits, une histoire de meurtre non-élucidé traitée de manière peu conventionnelle, du fantastique, du gore, du sexe (à ce niveau, ça rappelle un peu Farmer qui si je ne m'abuse fût l'un des premiers à insérer un peu de stupre dans la SF et dans le fantastique), de la poésie, de l'humour...bon il faut bien chercher l'humour mais il est là. C'est un autre exemple d'œuvre transgenre qui floute les limites entre des univers autrefois plutôt figés, ce qui m'amène à évoquer :

Chuck Palahniuk - Journal Intime

Image

Normalement, tout le monde connaît Palahniuk pour Fight Club et surtout son adaptation au cinéma, mais son œuvre entière vaut le coup d'œil. Journal intime appartient à cette nouvelle génération d'histoires policières qui s'affranchit des clichés habituels du genre et qui revendique un certain lyrisme, un intérêt purement formel qui s'ajoute à l'intrigue. Là, l'énigme se trouve autant dans le récit que dans la façon dont il est raconté, un aspect qu'on retrouve dans pas mal de polars (ou assimilés) récents. Autre auteur avec une démarche relativement similaire, Evenson et son Inversion où l'on frôle à nouveau le fantastique, un style apparemment banal pour décrire des choses qui ne le sont pas.

Laura Kasischke - Rêve de garçon

Image

Encore un néo-polar de qualité dont j'ai déjà fait mention dans un autre topic. L'aspect enquête est beaucoup plus proéminent et familier que dans les précédents exemples, et je ne vous gâcherai pas le suspense en précisant si on penche vraiment vers le fantastique comme semblent indiquer les premières pages. Le style est très fluide jusque dans les digressions qui peuvent être assez longues, cependant la traduction française a quelques ratés notamment en ce qui concerne les passages plus poétiques tournant parfois à la caricature. En bonus, il y a une sorte d'érotisme larvé distillé avec beaucoup de classe et de subtilité, assez en tout cas pour ne pas avoir l'impression de lire l'équivalent littéraire d'un teen movie.

Q : Je suis homosexuel et je voudrais me donner bonne conscience en parcourant des témoignages d'autres déviants dans mon genre , mais les romans de Pascal Sevran me tombent des mains. Que lire ?

Guillaume Dustan - Nicolas Pages

Image

Guillaume Dustan crée en 1998 le Rayon Gay, la première collection entièrement LGBT éditée en France (merci Wiki). Ses propres bouquins se présentent comme des auto-fictions complètement hystériques dans un style parlé qu'on ne peut qu'aimer ou détester, avec une crudité absolue qui n'exclut pas la tendresse ni l'optimisme. Pour avoir testé l'effet de son Nicolas Pages (roman dédié à un autre écrivain gay décédé, dont je ne connais qu'une nouvelle parue dans la revue Bordel) sur un échantillon de population réduit, je peux dire que sa lecture provoque facilement un rejet total voire une franche haine plus ou moins teintée d'homophobie. Il y a pourtant une énergie assez phénoménale dans son travail, une sorte de sincérité qu'on ne trouve que trop rarement en littérature. Il faut le lire ne serait-ce que pour savoir dans quel camp on se situe.

Q : J'aime la lecture, mais ma double addiction à World of Warcraft et à la méthamphétamine me laisse tout juste le temps de finir le dos des boîtes de céréales. Par où commencer ?

Je profite du fait que Saturnin m'a promu de force au rang de maître à penser pour y aller de mon petit paragraphe décomplexant, quitte à enfoncer quelques portes ouvertes au passage : il existe beaucoup trop d'excellents romans courts pour se permettre de lire un bottin en chiant du verre pilé non-stop pendant six mois, on ne retient rien d'une telle expérience au-delà de la satisfaction éphémère d'avoir terrassé le monstre. Certaines personnes iront naturellement vers les plus gros romans ou vers les plus ardus, et y prendront plaisir, mais ce n'est qu'un profil de lecteur parmi d'autres. La valeur d'un livre n'a jamais été proportionnelle à son épaisseur, et ce n'est pas faire aveu de faiblesse que de se tourner vers des œuvres moins bavardes quand on n'a pas un appétit illimité. Le lecteur francophone est confronté très tôt à une tradition littéraire aussi riche que lourde à porter, il en résulte un rapport à la lecture plus facilement malaisé que n'importe où ailleurs dans le monde. La vérité, c'est que vous avez le droit de sauter en marche avant la fin du Voyage au bout de la nuit, ou de préférer n'importe quel côté de la force à celui de chez Swann.

Gregory McDonald - Rafael, derniers jours (The Brave)

Image

Avant d'être un film relativement anecdotique réalisé et joué par Johnny Depp, The Brave était un court roman de Gregory McDonald sur le thème du snuff movie. La brièveté et l'absence quasi-totale de style, la contextualisation réduite au minimum ainsi que la place laissée aux dialogues viennent ici renforcer le propos, on renonce rapidement à questionner la vraisemblance des situations pour se concentrer sur le message, qui n'a franchement rien de réjouissant. Seule véritable ombre au tableau de mon point de vue, l'auteur s'est senti obligé de précéder le texte d'une sorte d'avertissement sur son contenu, invitant carrément à sauter le chapitre décrivant le tournage, une démarche qui paraît excessivement théâtrale et injustifiée.

Barbara Constantine - Allumer le chat

Image

Ce premier roman de Barbara Constantine s'ouvre sur une citation de Bukowski, ça fait toujours plaisir à voir mais la filiation s'arrête là. J'assume volontiers mon attrait pour les romans de gonzesse,  non pas les guides shopping déguisés en roman mais ceux qui contiennent une sensibilité et un ton qui m'apparaissent féminins. Ce n'est d'ailleurs pas restreint aux auteurs qui sont effectivement des femmes, par exemple, je suis intimement convaincu que les romans de Pennac sont des romans de gonzesse, mais c'est une autre histoire. Allumer le chat est encore un de ces bouquins qui perdrait beaucoup à s'étirer en longueur, et se réalise pleinement dans sa structure en courts chapitres et narrateurs alternés. C'est assez drôle et imagé pour marcher sur les plates-bandes de la bande-dessinée (oh oh), parfaitement adapté pour une lecture sur le pouce dans les transports en commun, aux cabinets et au lit quand il ne vous reste plus que quelques minutes avant que votre cerveau ne passe en mode veille.


Thomas Gunzig - 10 000 litres d'horreur pure

Image

Sous un certain angle, celui-ci aurait pu être rangé dans les polars mais j'ai préféré mettre en avant son aspect vite lu sans pour autant laisser un goût de trop peu. Je suis loin d'être un inconditionnel de Gunzig mais il me semble qu'il a réussi son coup avec ce petit exercice de style (adapter les codes du slasher à l'américaine en roman) sans prétention, bourré de références immanquables pour les amateurs de gore et souvent très drôle. Pour ne rien gâter, c'est Stéphane Blanquet qui s'est chargé de réaliser les illustrations bien dégueulasses qui émaillent le récit. Certains parleront de sous-littérature pour qualifier ce genre de bouquins, je préfère y voir les premiers signes avant-coureurs de la grande partouze à venir, quand toutes les formes d'art fusionneront définitivement pour former le magma purificateur de l'apocalypse. Mais je m'égare.

Jean-Luc Bitton / Dolorès Marat - La mer de la tranquillité

Image

Pour simplifier très grossièrement, ce livre est un peu l'équivalent hétéro et posé du Nicolas Pages cité plus haut, une collection de coups d'un soir débriefés et de pensées plus ou moins profondes (plutôt moins que plus en fait), quelque chose qui se rapproche d'un blog moyen couché sur papier et couvrant plusieurs années de la vie de Jean-Luc Bitton, le bien-nommé.  La mer de la tranquillité fait donc office d'intrus dans cette liste dans la mesure où il ne s'agit pas d'un roman, peut-être même pas d'un bon livre, pourtant je ne peux pas nier qu'il m'a profondément marqué lors de sa découverte il y a quelques années. Il se trouve que Jean-Luc Bitton est un spécialiste d'Emmanuel Bove auquel il a consacré une biographie, le même Bove qui deviendra plus tard un des mes auteurs favoris. Quant au deuxième nom sur la couverture, c'est celui de la photographe qui pose ses clichés à côté des textes, je garde un mauvais souvenir de sa contribution dont l'aspect clinique tranchait trop avec les mots.
Dernière édition par Grayback le 30 Novembre 2009, 18:21, édité 1 fois.
Image

Avatar de l’utilisateur
LittleSmall
braiSNeux 20e siècle
Messages : 925
Inscription : 25 Juillet 2006, 09:15
Localisation : Montpellier

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar LittleSmall » 27 Novembre 2009, 21:53

Bon, j'ai plutôt l'habitude de lire au hasard maintenant (et via les bibliothèques, ce qui limite un poil), mais je prends mentalement note des noms. Merci camarade.
« Moy, qui me vente d’embrasser si curieusement les commoditez de la vie, et si particulierement : n’y trouve, quand j’y regarde ainsi finement, à peu pres que du vent. Mais quoy ? nous sommes par tout vent. Et le vent encore, plus sagement que nous s’ayme à bruire, à s’agiter : Et se contente en ses propres offices : sans desirer la stabilité, la solidité, qualitez non siennes. »

Avatar de l’utilisateur
ARRG
Beaugosse du braiSN
Messages : 7422
Inscription : 21 Mai 2006, 18:34
Localisation : Suisse
Contact :

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar ARRG » 28 Novembre 2009, 09:45

J'ai commandé Nicolas Pages car effectivement les livres de Pascal Sevran...

J'aime beaucoup le ton de ton post, continue ! : )
Image

Avatar de l’utilisateur
Mr.BLUB
braiSNeux tecktonik
Messages : 3263
Inscription : 07 Juillet 2006, 01:21
Localisation : Grenoble
Contact :

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar Mr.BLUB » 28 Novembre 2009, 10:47

Oui, c'est exactement ce qui manquait au forum. Au delà des gros "top ten" des gens, qui ont leur intérêt mais poussent plus vers la découverte des gens eux même que des oeuvres, j'apprécie particulièrement notre communauté pour ce qu'elle m'apporte en matière d'avis subjectif. Ce genres de chroniques juste esquissés ont juste le format qu'il faut pour que je sois piqué d'intérêt sans avoir l'impression de passer trop de temps dessus.

On avait ça pour la musique, pour le cinema, pour la BD, il manquait la littérature. Merci.

Edit : en fait on avait déjà lectures du moment, mais globalement une fois sur deux c'est "je lis l'attrappe coeur ! oh et moi je lis hyperion ! yay !". Mais le dernier post de serge me donne tort.
Dernière édition par Mr.BLUB le 28 Novembre 2009, 10:50, édité 1 fois.

Dry-macarony
Junkie hallucinobraiSN
Messages : 4646
Inscription : 25 Avril 2007, 22:56

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar Dry-macarony » 28 Novembre 2009, 14:19

Merci !

J'avais justement repris la lecture régulière l'an passer, que j'avait a nouveau stopper cette année (Werber et c'est Fourmis m'ayant tout simplement dégeurter). Et justement du polard qui à l'aire spécial et vu que j'aime bien le genre, je vais surement passer en librairie un de ses jour. Est ce que j'ai une chance de trouver Tom Picirilli dans une librairie de bouquin d'occase ?
Image

Avatar de l’utilisateur
Grayback
braiSNeux tecktonik
Messages : 3232
Inscription : 09 Juillet 2006, 18:35
Contact :

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar Grayback » 28 Novembre 2009, 18:10

Honnêtement, j'y crois pas des masses, tu peux toujours essayer mais jamais vu personnellement. C'est vrai qu'à Namur vous êtes pas gâtés niveau bouquin, sinon la plupart des trucs cités doivent être trouvables en Fnac. Merci pour les commentaires et merci saint tâche mauve, c'était peut-être un peu tôt pour ça mais au moins ça me rappellera de continuer. J'ai commencer à taper la suite (idéalement j'aimerais trouver un extrait à chaque fois mais bon) mais j'ai dû m'arrêter à cause que l'énorme étagère au dessus de l'évier s'est cassay la gueule.
Image

Dry-macarony
Junkie hallucinobraiSN
Messages : 4646
Inscription : 25 Avril 2007, 22:56

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar Dry-macarony » 28 Novembre 2009, 23:57

Boarf...y'a un sympathique magasins de bouquins d'occasion dans ma rue, qui a quelque trucs tout de même, et la librairie agora, qui certe est une grosse usine, mais permet de trouver/commander facilement des trucs. Et qui à aussi un petit rayon sur des livres sur le design/photo/web etc qui est sympa. Donc je ne me plains pas.
Image

Avatar de l’utilisateur
Grayback
braiSNeux tecktonik
Messages : 3232
Inscription : 09 Juillet 2006, 18:35
Contact :

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar Grayback » 29 Novembre 2009, 12:02

Effectivement j'avais oublié Agora, si tu cherches là-bas n'oublie pas que c'est dans une collection SF.
Image

Avatar de l’utilisateur
Grayback
braiSNeux tecktonik
Messages : 3232
Inscription : 09 Juillet 2006, 18:35
Contact :

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar Grayback » 30 Novembre 2009, 18:17

J'ai fait quelques ajouts en sous-marin  :monocle:
Image

Dry-macarony
Junkie hallucinobraiSN
Messages : 4646
Inscription : 25 Avril 2007, 22:56

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar Dry-macarony » 28 Décembre 2009, 16:17

J'ai récement finis Un cœur d'enfant maudit. Très bonne surprise, je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Silent Hill en lisant le livre, ya des similitude sur l'ambiance un peu malsaine je trouve. Enfin c'est très intéressant et agréable à lire, c'est un peu le bordel au début pout s'abitué au différent personnage, et à l'ambiance général, bien comprendre les évènements passer, mais tout finis par se goupiller avec précision, et c'est très agréable.
Comme Grayback l'a souligner, le livre floute les limites des genres et ont retrouve de tout dedans. Merci c'était agréable.
Image

Avatar de l’utilisateur
ARRG
Beaugosse du braiSN
Messages : 7422
Inscription : 21 Mai 2006, 18:34
Localisation : Suisse
Contact :

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar ARRG » 25 Février 2010, 22:15

Nicolas Pages c'est à chier. Enfin j'en suis qu'au chapitre 3 mais je sais pas si ça vaut la peine que je continue... le style va vraiment rester le même tout au long du bouquin ? Y'aura quand même un peu plus d'histoire ?
Image

Avatar de l’utilisateur
Grayback
braiSNeux tecktonik
Messages : 3232
Inscription : 09 Juillet 2006, 18:35
Contact :

Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar Grayback » 26 Février 2010, 11:18

Told ya  :-D
Non ça reste assez stream of consciousness hystérique tout du long.
Image

Avatar de l’utilisateur
ARRG
Beaugosse du braiSN
Messages : 7422
Inscription : 21 Mai 2006, 18:34
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Re : Ceci n'est pas un guide

Messagepar ARRG » 06 Juillet 2017, 11:40

ARRG a écrit :Nicolas Pages c'est à chier. Enfin j'en suis qu'au chapitre 3 mais je sais pas si ça vaut la peine que je continue... le style va vraiment rester le même tout au long du bouquin ? Y'aura quand même un peu plus d'histoire ?

En 2010 j'avais posé le bouquin après 70 pages car je l'ai vraiment détesté.

En 2017, je le reprend, et en fait c'est pas mal. Comme quoi on peut changer de goût/d'avis en littérature. Je pense que j'étais pas dans le bon état d'esprit (en particulier par rapport à la représentation que ce livre fait de l'homme gay) et que j'ai changé là dessus surtout.

On verra si je le finis cette fois.

Avatar de l’utilisateur
MastaKillah
PDG clandestin
Messages : 12170
Inscription : 25 Janvier 2006, 11:39
Localisation : Clermont-Ferrand, 63 France
Contact :

Re: Ceci n'est pas un guide

Messagepar MastaKillah » 06 Juillet 2017, 14:02

C'est intéressant comme sujet : c'est quoi ta représentation de l'homme gay ? Celle du livre ?
I LUV BRAISN ! < 3
Plussoying is not a crime !

Avatar de l’utilisateur
ARRG
Beaugosse du braiSN
Messages : 7422
Inscription : 21 Mai 2006, 18:34
Localisation : Suisse
Contact :

Re: Ceci n'est pas un guide

Messagepar ARRG » 06 Juillet 2017, 15:09

En début 2010, j'avais 22 ans et j'étais pas confortablement out IRL. Je pense que je cherchais une image plus normalisée que celle présentée par le livre (qui est passablement ghettoisée, exubérante, vulgaire, beaucoup de drogue, qui présente une vue du sexe et des relations qui colle pas à la normalité non plus, etc).

En 2017 je suis assez confortable pour ne plus rechercher un modèle normalisé pour moi-même. Une partie de ce qui est présenté dans le livre me parle aussi désormais plus (parce que je l'ai expérimenté ou que j'ai fréquenté des gens qui l'ont fait) et je peux accepter un large spectre de représentations, indépendamment de si elles me correspondent personellement ou pas.

Je répond pas directement à ta question sur ma représentation actuelle car j'en sais trop rien, mais mon changement de perspective vient plus d'une ouverture d'esprit générale que d'un changement d'une représentation à une autre.


Revenir vers « Littérature »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité